«

»

Juin 17

Uber

 

Uber a donné le mot « ubérisation », comme le réfrigérateur est devenu frigidaire du nom de son fabricant, ou comme une chaussure robuste est devenue un godillot, du nom du fournisseur de l’armée impériale.

Mais Uber est plus qu’une chaussure ou un réfrigérateur. C’est un « phénomène de société ».

« L’ubérisation est un phénomène récent dans le domaine de l’économie consistant en l’utilisation de services permettant aux professionnels et aux clients de se mettre en contact direct, de manière quasi-instantanée, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies .

L’uberisation s’inscrit de manière plus large dans le cadre de l’économie collaborative. Ce concept s’oppose en fait à celui connu depuis des générations, et particulièrement depuis les Trente glorieuses, c’est-à-dire le monde fixe et réglementé du salariat.«

Uber est valorisée 70 Mds$ alors que l’entreprise n’est pas cotée. Uber est en perte. Ce que paient les clients ne suffit pas à payer l’infrastructure et la gestion administrative.

Mais les actionnaires d’Uber estiment qu’ils vont un jour gagner de l’argent. A l’été 2014, ils ont apportés 1,2 Md$ et l’entreprise était estimée entre 6 Mds$ et 17 Mds$. Nouvelle augmentation de capital 15 mois plus tard, pour lever 1 Md$. Cette fois, l’estimation de 70 Mds$ est donnée pour Uber qui perd de l’argent.

Sur quoi cette estimation se fonde-t-elle ? Essentiellement sur la croissance de l’activité, du chiffre d’affaires : Uber triple de taille chaque année

Ce qui me ramène au sujet du jour. Les actionnaires d’Uber gagnent peut-être de l’argent avec de l’argent… mais Uber n’en gagne pas et ils n’ont pas de dividendes !

Gagner de l’argent avec de l’argent n’enrichit pas tous les protagonistes de l’échange.

Comment fait-on de l’argent avec de l’argent ?

Voici deux points clés :

 Les épargnants / investisseurs gagnent de l’argent avec leur argent (liquidités, espèces) tant que l’économie croît et que l’inflation reste à un niveau raisonnable.

 Il n’y a rien de nouveau dans cela mais cela aide à comprendre un point fondamental : en quoi l’économie d’aujourd’hui est-elle si différente de l’économie d’il y a quelques décennies et pourquoi il y a aujourd’hui des risques qui n’existaient pas auparavant ?

Les investisseurs ont découvert que faire de l’argent avec de l’argent est une affaire profitable et ils ont troqué le soutien des banques centrales contre la vieille religion de la croissance de la productivité comme étant l’assise de leur stratégie.

 L’économie financière a usurpée l’économie réelle.

En d’autres termes, les valorisations ont complètement décroché des bénéfices et de la croissance des bénéfices. Et des bénéfices sains et robustes se tirent des gains de productivité.

Les étiquettes de prix sur les marchés financiers sont fausses car elles ne pèsent plus les gains de productivité et les bénéfices.

Uber ne vaut pas 70 Mds$ car Uber ne gagne pas d’argent. Uber grandit sans gagner d’argent. Uber est – pour l’instant – une créature de l’économie irréelle.

La croissance du crédit ou du capital non productif n’est pas la croissance de la richesse.

Sinon, les chauffeurs d’Uber seraient riches et les clients d’Uber paieraient de quoi récompenser les actionnaires d’Uber en dividendes et non en plus-values virtuelles.

 

Extraits d’un article de Simone Wapler   La chronique AGORA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *