«

»

Juin 10

Le grand Secret

 

Le grand secret, mais aussi la grande, la colossale erreur c’est de tout mettre sur les marchés financiers, c’est de laisser les marchés déterminer la valeur des choses.

Or la valeur des choses est instable. Ce faisant on les transforme en billets de loterie et il suffit de créer de la fausse monnaie pour inflater le prix de billets.

Ce qu’ a fait John Law en son temps, ce que font les banquiers centraux aujourd’hui.

Mais si la Valeur est le sous-produit de la Confiance sur les marchés et si cette confiance est fluctuante, alors on se met à la merci de ces fluctuations, de ces sautes d’humeur, de ce que Greenspan appelle les animal spirits.

 Et si le Système est instable alors tout s’écroule c’est ce qui arrivé à notre John l’Ecossais.  Mettre sur le marché  égale « jouer » la confiance

Le dernier « flux des fonds », Flow of Funds que vient de publier la Fed révèle que la fortune détenue par les américains représente 94,835 trillions. Elle est en hausse de 2,4 trillions grâce à la hausse du marché financier pour 1,78 trillion et celle de l’immobilier pour 500 millards.

La Fed a découvert le mouvement perpétuel : je crée de la monnaie, je stimule le crédit, la valeur des actifs monte, la fortune des Américains enfle, cela permet de créer encore plus de crédit. Peu importe que le taux de croissance de la production de richesses soit très faible, presque fictif, on s’enrichit.

C’est un processus d’enrichissement qui procède de l’ajout de zéros dans les livres de comptes, pas de l’investissement productif (atone) ,   ou de l’accélération de la production de richesses, (stagnantes).

Les actifs ne sont pas des actifs , le terme est impropre : ce sont des promesses. Des promesses de dividendes pour les actions et des promesses de coupons d’intérêt et de remboursement pour les valeurs à revenu fixe et le crédit.

Ce qui constitue des richesses, c’est ce qui reste une fois que l’on a mis en face à face toutes les promesses: car les promesses faites au uns, les  détenteurs de titres, ont pour contrepartie .. des passifs c’est à dire des obligations des autres, les entreprises , les sociétés, les débiteurs..

Le résidu, qui est le réel, c’est la vraie richesse c’est à dire l’appareil de production des richesses.

La monnaie, la quasi monnaie, la money-like ne sont pas des richesses ou des réserves de valeur, ce sont des tenants lieux, des ombres, des signes; des signes plus ou moins vides.

la vraie valeur se situe dans la production et les échanges, dans le commerce.

D’après un article de B.Bertez brunobertez.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *