«

»

Avr 29

Small is beautiful

Je pense que c’en est fini des entreprises géantes. En effet, selon moi, il vaut mieux parier sur les petites structures. Sous l’appellation d’entreprise à taille humaine, j’entends les entreprises plus petites, plus souples, plus lisses, gérées par les propriétaires, en comparaison des géants de l’industrie.

 Les entreprises peuvent devenir trop grosses. Des déséconomies d’échelle peuvent avoir lieu lorsque les entreprises perdent en efficacité une fois qu’elles ont atteint une certaine taille.

 Un lecteur m’a envoyé un article fascinant à ce sujet paru dans le New York Times Magazine et dans lequel Jonah Lehrer se penche sur le travail de Geoffrey West (« Un physicien élucide le mystère de la ville »). Voyons cela d’un peu plus près…

 West est un physicien théoricien qui s’est consacré à l’étude des villes et des entreprises. S’il y a de nombreuses ressemblances entre les deux, il y a également une différence majeure : les villes ne meurent quasiment jamais, contrairement aux entreprises

« Après avoir acheté des données sur plus de 23 000 entreprises cotées en bourse, Bettencourt et West ont découvert que la productivité d’une entreprise, contrairement à la productivité urbaine, était entièrement sublinéaire.

 A mesure que le nombre de salariés augmente, le montant des bénéfices par salarié se réduit.

‘Lorsqu’une entreprise naît, tout est dans la nouvelle idée’, observe West. ‘Puis, si l’entreprise a de la chance, l’idée décolle. Tout le monde est riche et content. Mais alors la direction commence à s’inquiéter du résultat financier et donc plein de gens sont embauchés pour s’occuper de la paperasserie. C’est le début de la fin’. »

 ▪ Trop grosses pour faire faillite… et pour fonctionner efficacement

Dans un marché concurrentiel, de telles grandes entreprises seront confrontées à toutes sortes de problèmes. Des pertes financières et de parts de marché les obligeront à se contracter ou alors c’est la faillite. Sauf que nous ne vivons pas dans un marché concurrentiel.

 A la place, les entreprises grossissent anormalement dans une toile de privilèges publics. Il est facile de voir cela avec les banques. Peut-on douter que les banques « too-big-to-fail » ne seraient pas aussi grandes qu’elles le sont sans l’aide du gouvernement ? Le secteur bancaire américain, par exemple, est un cartel, garanti par la Réserve fédérale et le contribuable (ce n’est pas très différent en Europe). Sans cette super-structure, je pense que les banques seraient plus petites.

 Ce phénomène va bien au-delà des banques. Il touche quasiment tout.

– Le complexe militaro-industriel géant serait impossible à imaginer sans les aides gouvernementales.

– Les centres commerciaux tentaculaires seraient impossibles si le contribuable ne garantissait pas les coûts massifs pour construire des routes, des ponts et des ports.

– Les grandes compagnies pharmaceutiques et les géants technologiques comme Intel ou Microsoft seraient impossibles si l’Etat ne soutenait pas les brevets.

 Le fait est que l’Etat, à travers ses politiques, pousse à la centralisation et au gigantisme. C’est même plus profond que cela et cela affecte les réseaux sociaux qui évoluent dans une société (écoles publiques, prisons, etc.).

 Pour résumer sur ce sujet : investissez dans les entreprises plus petites, audacieuses. Elles sont plus à même de trouver les filons de croissance et les opportunités dans un paysage économique aujourd’hui stagnant et problématique.

 Fait ironique, comme le souligne West, ces entreprises sont également mieux capables de supporter les inévitables tempêtes.

L’ère des entreprises géantes en tant que grand investissement est terminée. L’ère des entreprises à taille humaine est arrivée.

Extraits d’un article de Chris Mayer /  la chronique AGORA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.