«

»

Fév 29

PDG

 

 

 

Un tableau intéressant (comme souvent) de Olivier Berruyer sur son blog  (www.les-crises.fr) qui mérite quelques commentaires :

Au delà des 250 premières, il y a quantité de PME et TPE dont les dirigants sont très loin des rémunerations considérées comme normales, la moyenne étant autour de 50 K€, quand ils peuvent se payer, ce qui n’est pas toujours le cas !

Il faudrait faire une distinction entre ceux qui ont crée leur société et qui sont encore actionnaires importants et les autres. Il est normal que le risque soit rémunéré (et créer sa société, ou en être actionnaire majoritaire, c’est toujours un risque) pour peu que les performances de la société le permettent et que le dirigeant partage, parce que sa réussite passe aussi par les autres (d’ou la bonne idée d’origine des stocks options, qui a immédiatement été dévoyée).

A fortes rémunerations devraient être associés forts risques et grosses qualités managériales. C’est aujourd’hui tout le contraire, ces élites cooptées et consanguines ne risquent rien (en plus en étant hyperprotégées), n’ont aucune expérience de  terrain (cela ne sert sans doute à rien) et sont souvent à la tête de monopoles incontournables. Quel talent, d’autant que quand elles ont échoué (mais c’est sur que ce n’est pas de leur faute) elles vont les exercer ailleurs, et dans les mêmes conditions !

Bien sur il y a des exceptions, mais elles doivent être rares.

Fort heureusement, et c’est le point important, le monde est en train de changer et dans ce nouveau monde (terra incognita)  le talent (et la prise de risque) vont être obligatoires. Il y aura de moins en moins de bouées pour ceux qui ne savent pas nager, et l’eau monte.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.