«

»

Fév 29

Back in the future

[La mer se retire mais on est encore loin de l’étiage et ce d’autant que les dégats faits sont considérables. Autant les acter et construire autre chose] -alpha.b

 

La crise économique a anéanti 10 années de prospérité en moyenne

The Economist a mis au point une « horloge économique » qui permet de mesurer le retour en arrière que la crise économique a imposé au monde. Elle se fonde sur 7 indicateurs : la richesse des ménages (prix des actifs financiers et valeur des propriétés), la valeur de la production annuelle et la consommation privée ; les salaires et le taux de chômage. Chaque indicateur est moyenné pour produire un indice global.

Ainsi, on apprend que :

– Sur les marchés boursiers, les actions grecques étaient à un niveau plus élevé en 1992 qu’elles ne le sont aujourd’hui ; la Grèce a donc perdu 20 ans. Les Etats Unis en ont perdu 13.

– En matière de patrimoine immobilier, la maison du propriétaire américain moyen vaut actuellement ce qu’elle valait en 2001 ; le propriétaire britannique a quant à lui perdu 7 ans. Au global, le Royaume Uni a perdu 500 milliards de livres en propriété foncière (environ 590 milliards d’euros), et les Etats Unis, la somme astronomique de 9.200 milliards de dollars (environ 6.800 milliards d’euros).

– 14 pays sont revenus en arrière en termes de PIB ; 8 d’entre eux sont membres de l’UE. Parmi eux, on trouve l’Irlande, dont le PIB actuel est équivalent à ce qu’elle avait enregistré pour 2006 ; le Portugal et l’Espagne, dont les PIB respectifs sont revenus à leur niveau de 2008.

– En outre, le PIB par tête, qui exprime mieux la progression du niveau de vie, a reculé dans 61 pays, qui ont tous perdu 5 ans. Au sein de l’UE, 22 membres sur 27 sont revenus en arrière.

– Les salariés grecs et hongrois ont des niveaux de salaires inférieurs à ce qu’il leur était proposé en 2004.

– Les taux de chômage ont explosé dans plusieurs pays avancés. La plupart d’entre eux sont retournés au taux de chômage qu’ils connaissaient en 2007. Mais aux Etats Unis, avec 8,3% de chômeurs, le chômage est retourné à son niveau de 1983. Au Royaume Uni, il n’a jamais été aussi mauvais depuis 17 ans. Quant aux PIGS, leurs taux de chômage sont ceux qu’ils avaient dans les années 1990.

 source The Economist/Express.be fev12

 

 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.