«

»

Oct 12

Montebourg

 

1 – La première des questions que je souhaite vous poser concerne les conditions précises et concrètes dans lesquelles vous entendrez reprendre le contrôle politique du système financier qui soumet aujourd’hui l’économie réelle et les entreprises à ses exigences indues, tout comme il le fait des gouvernements et des contribuables.

J’ai rappelé à maintes reprises que les Français refuseraient à bon droit -particulièrement ceux qui n’ont que leur travail pour vivre- de payer les conséquences des graves fautes commises par le système financier, dans lesquelles ils n’ont aucune espèce de responsabilité. Mettre à contribution par l’impôt les classes moyennes et populaires pour secourir les banques, leurs filiales, comme tel est d’ores et déjà le cas dans les projets de renflouement de la banque privée Dexia, serait une faute morale et politique, contre laquelle la gauche aura l’obligation de nous prémunir.

Ceci implique des mesures de mise sous tutelle publique des banques, sans frais pour les contribuables, conduisant à faire entrer des représentants de l’Etat ainsi que des usagers du crédit, avec droit de veto, dans les conseils d’administration des banques.

En plus des mesures de séparation des activités de collecte des dépôts et celles d’affaires, il paraît logique et juste d’utiliser les bénéfices des banques profitables pour renflouer les banques en difficulté par des mesures de solidarité interbancaire, mesures qui éviteront aux Français de payer les futurs plans de renflouement des banques fragilisées.

De surcroît, il sera nécessaire d’interdire par la loi la spéculation dans l’activité bancaire avec l’épargne des Français et d’édicter une procédure pénale sévère réprimant l’évasion fiscale afin d’obtenir le rapatriement des avoirs actuellement placés dans les paradis fiscaux tout en faisant fermer les filiales des banques dans ces territoires.

Je veux rappeler avec force que la dette publique accumulée au cours des derniers mois est le prix direct et indirect du secours accordé par les Etats de l’Union Européenne au système financier, embarqué dans une course à la spéculation.

Un Président de la République issu de nos rangs devra s’engager solennellement devant les Français à mettre à contribution le système financier et bancaire européen et national par une taxation européenne et nationale sur les transactions financières afin de solder le poids de la dette publique contractée pendant la crise, évaluée à la somme de 450 milliards d’euros.

Ces mesures, dont beaucoup de Français approuvent la nécessité comme la sévérité, sont un préalable à tout redressement de notre économie et, a fortiori, à toute application du projet socialiste.

C’est à ce prix que nous pourrons reconquérir les marges de manœuvre dont nous avons tant besoin pour reconstruire la France. Ces choix devront s’articuler avec une réforme nécessaire des statuts de la Banque Centrale Européenne, afin de lui permettre de racheter la dette des Etats, ce qui lui est encore interdit à ce jour.

2 – C’est ce même objectif que poursuit le protectionnisme européen, social et écologique, que j’ai, avec les soutiens de nombreux économistes et philosophes de renom, défendu dans cette campagne.

Ce protectionnisme européen n’est rien d’autre que la demande de remise en ordre d’une économie internationale affranchie de toute règle : règle sociale, règle environnementale, règle sanitaire, règle économique et, il faut le rappeler, règle humanitaire.

Le « juste échange », contenu dans le projet socialiste, ne saurait suffire car il consiste à faire croire en une régulation multilatérale négociée, que l’OMC n’a jamais été capable d’imaginer ni d’appliquer en 20 ans. Il reviendrait à demander l’autorisation à nos concurrents mondiaux dans la guerre économique de pratiquer le protectionnisme, ce que nous n’obtiendrions jamais. Ce serait là pécher par naïveté, car ces négociations auraient dû commencer il y a 20 ans, et n’ont jamais eu lieu. Aujourd’hui, l’urgence exige que nous prenions des mesures au plan européen et national.

Dans l’arsenal protectionniste à créer, il serait utile que les prises de contrôle de nos entreprises à forte valeur technologique par des capitaux extra-européens soient soumises à autorisation publique, que des mesures de sanction économique ciblées soient codifiées contre les entreprises transnationales ayant délocalisé leurs productions au détriment de nos territoires et de nos populations, et que les marques appartenant à ces entreprises puissent faire l’objet de mesures d’expropriation publique en cas de comportements déloyaux aggravés. Goodyear, Lejaby, et l’Eléphant, autant d’exemples du comportement inacceptable de certaines firmes multinationales ; autant de symboles de cette désindustrialisation de la France que la gauche doit désormais combattre résolument.

Je souhaiterais donc connaître quelles mesures précises et concrètes vous envisagez de prendre pour protéger notre industrie, nos savoirs-faire, nos emplois, à l’abri desquelles nous pourrons réindustrialiser le pays et financer la révolution industrielle, technologique et écologique.

Vous le savez, pour appliquer ces mesures, pour retrouver aussi la confiance des Français, la politique doit redevenir plus forte que l’économie et que la finance.

A.Mondebourg : passages de la lettre à Martine et François (et non pas à Elise).


On pensera ce qu’on veut de l’homme (pour autant qu’on puisse fonder un avis à ce sujet) mais on ne risque pas de se tromper en reconnaissant qu’il va AU-DELA des vieilles recettes et SECOUE la pensée politique généralement considérée comme référence.


Qu’en restera t il ? C’est une autre question car le premier qui dit la vérité, il doit être éliminé.


Ce qui est fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.