«

»

Fév 10

Mistigri

Celui qui parle, celui qui écrit ne sont plus engagés à rien. Il n’y a plus de prescripteurs , ils ont démissionné et rallié, le plus souvent le camp du bien. C’est le temps des charlatans. Sans morale, sans conscience professionnelle.

Il n’y a pas de différence entre les prédictions de Harnett, le gourou de la BofA payé des millions de dollars et celles du Figaro. Toutes les deux sont bidons, ce sont des marchands de savonnettes.

Le but de ce billet est uniquement celui-là, vous apprendre à douter, à critiquer, à vous méfier. Nous sommes dans un monde de faux prophètes, d’illusionnistes qui utilisent des positions d’autorité.

Et la seule chose qu’ils veulent, ce n’est pas votre bien, mais vos sous. Il n’y pas d’initié, pas de savant, l’économie est une fausse science, une idéologie et à partir de constructions intellectuelles fausses on ne peut toucher la vérité que par hasard; comme vient de le faire Hartnett.

En revanche on peut lire des choses intelligentes et instructives, mais il faut savoir les trier, les discerner et ensuite les mettre en place. Mais la vérité utile est simple;

-nous sommes en crise depuis 2008

-la crise n’a pas été traitée mais repoussée

-pour la repousser on a fait 706 baisses de taux d’intérêts, acheté plus de 12 trillions de titres à long terme, mis les taux à zéro ou négatifs, fait croire que le risque était supprimé, fait monter les Bourses, nié les questions de solvabilité et de rentabilité

Le coût de la crise, le prix à payer est devant nous, voilà une chose très simple à comprendre.

Et ce coût, c’est le Mistigri : qui va le payer ?

Ce qu’il y à se partager en cette année 2018, ce ne sont pas bénéfices, mais des coûts, des pertes. C’est la distribution… pas des prix, mais des punitions.

Et si ce n’est pas cette fois ci, alors, ce sera pour la prochaine ou encore la suivante.

Extraits d’un article de Bruno Bertez brunobertez.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *