«

»

Fév 06

La haie

‘Il eût été salvateur d’opposer « une théorie politique du bocage » aux convulsions du monde.

On se serait inspiré du génie de la haie. Elle séparait sans emmurer, délimitait sans opacifier, protégeait sans repousser. L’air y passait, l’oiseau y nichait, le fruit y poussait.

A son ombre fleurissait la vie, dans ses entrelacs prospéraient des mondes, derrière sa dentelle se déployaient les parcelles’.

(Sur Les Chemins Noirs, Sylvain Tesson, Gallimard,2017,p 136)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *