«

»

Sep 28

E »con »omiste

 

(CercleFinance.com) – Philippe d’Arvisenet, Chef Economiste chez BNP Paribas, a pointé du doigt une conjoncture économique mondiale marquée par plusieurs chocs, dont certains imprévisibles, au cours d’une rencontre avec la presse ce mercredi matin.

Et l’horizon ne lui apparaît pas tellement moins sombre. Selon lui, ‘la croissance mondiale sera plus faible en 2012 que cette année’.


Pour Jean-Luc Proutat, économiste chez BNP Paribas, toutes les conditions sont réunies pour que la BCE baisse ses taux avant la fin de l’année, probablement à 1%, en une seule fois, ou deux.


Ce dernier exclut toutefois un scénario de récession, arguant de la résistance du secteur non financier.


‘Les comptes des entreprises apparaissent solides, ainsi que les taux de marge’, a-t-il souligné.

Alexandra Estiot, elle aussi économiste chez BNP Paribas, a pour sa part livré son analyse de la situation aux Etats-Unis.


‘Il existe de nombreux blocages politiques relatifs aux solutions à adopter pour assainir les finances publiques, notamment concernant Medicare, l’aide médicale aux personnes âgées’, a-t-elle indiqué.


Une vraie bataille se joue entre Républicains et Démocrates sur le sujet. ‘A l’heure actuelle, les médecins et les pharmaciens pratiquent le prix qu’ils veulent et le remboursement des frais du patient est accordé indépendamment des montants déboursés’, a précisé l’économiste, ajoutant que les dépenses d’infrastructure, liées par exemple à la construction d’autoroutes, constitue également une pomme de discorde.

Pour Alexandra Estiot, l’embellie de l’économie passe par une restauration de la confiance.

‘La Fed tente d’y parvenir avec son opération Twist, destinée à démontrer la nécessité d’un QE3 qui pourrait être annoncé prochainement et devrait être massif, plus important que le précédent, donc bien supérieur à 600 milliards de dollars, dans le but d’augmenter l’appétit pour le risque’, a-t-elle estimé.

 

Autrement dit : l’avenir est imprévisible mais nous pouvons avoir confiance, dans la finance (parce qu’on ne la laissera pas tomber avec des QE de toute nature) et dans les métiers non financiers qui se portent bien (et pour cause ils ont viré tout le monde) !

Ce que ces braves gens oublient c’est qu’un QE c’est reculer pour mieux sauter (si cela se fait, il restera un an de sursis sauf « cygne noir «) et que des gens qui n’ont plus de boulot ou qui risquent de ne pas en avoir, ne pourront pas consommer !

Un tel papier est consternant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.