«

»

Déc 01

Commentaires : le monde d’après

Je retourne à mon obsession, l’emploi, et je vous soumets une question pratique : je prends l’exemple d’une machine à laver le linge (tout le monde en a une, c’est comme les Rolex pour les voyous qui nous enfument).

Aujourd’hui, le produit arrive direct de Chine par container, coût imbattable, vu les salaires et les conditions « rustiques » de production en terme de règles sociales et environnementales. D’accord, mais cette foutue machine est conçue pour durer entre trois et cinq ans, et après c’est la poubelle et le rachat ( à crédit CETELEM, pour les fauchés, comme ça ils payent 1.25 fois le prix, bien fait pour eux! ).

Imaginons donc un seul instant un modèle simple, robuste et indéfiniment réparable, conçu à l’origine pour être à énergie quasiment zéro :
branché sur le chauffe eau et restituant les calories au chauffe eau par échangeur, thermodynamique et j’en passe ( c’est c….d’envoyer de l’eau chaude dans les égouts sans en récupérer les calories )
une fabrication de proximité, décentralisée par régions avec circuits courts de production puis vente et installation à domicile directement via internet, production utilisant au max la récupération ( métaux, plastiques…)
Vous pensez que ce modèle de production avec d’une part de la RD locale, plus une structure industrielle fondée sur des coopératives ouvrières serait viable ?
Face au déclin industriel, il faut adopter une stratégie de différenciation et pas copier celui qui produit moins cher que vous !

…….

o C’est très bien cela, mais je pense que vous manquerez d’actionnaires pour votre affaire, car ce n’est pas assez rentable et encore moins rentable rapidement.

De plus, vos produits/installations seront beaucoup plus chers, et peu de personnes pourront/voudront les acheter, tant que les machines à laver chinoises seront proposées ici à l’achat avec l’aide des sociétés de crédits que vous citez…

………

Pas rentable ? à voir! Mettez en balance les économies réalisées sur le moyen terme, les bénéfices pour tous en terme d’emplois et écoutez ma grand mère : la qualité ça se paye mais revient bien moins cher que la camelote !

vos réactions « ça ne marchera jamais » m’encouragent dans cette voie, et j’ai l’habitude: j’ai passé une bonne partie de ma vie professionnelle à sortir des énormités, tout le monde rigole, au début, puis mes honorables partenaires commencent à se gratter le chou, et ensuite ils me suivent…
PS: je ne suis pas du tout le genre bobo écolo, simplement je suis pratique: rapport qualité du produit ou du service et coût, fiabilité et durabilité et basta

…………..

 C’est ce que je disais l’autre jour, construire du solide et du réparable… Et oui, ça marchera, vu que ça emm… tout le monde de racheter de la camelote tous les 5 ans. Ce genre d’entreprise devrait se monter en coopé, et récupérer comme base les caisses et les pièces de machines usagées. Enfin, il faut juste remplacer certaines pièces, sachant que si les produits asiatiques pètent, c’est bien souvent à cause de parties en plastique. Pour avoir fait réparer deux fois une machine première gamme, qui a duré près de dix années ensuite (j’ai eu du bol, elle a cassé sous garantie), et pour avoir vu le réparateur finir par y mettre une pièce en métal à la place de la pièce en toc, je confirme donc. Le solide, c’est pas forcément sorcier ou cher… :0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.