«

»

Jan 16

Commentaire : l’addiction

En fait, il reste un élément à mon sens (qui n’est pas aussi avisé, ni fondé, que le votre) que vous n’abordez pas parce que peut-être vous le pensez secondaire :

la part de l’addiction à la gabegie de ceux que l’on peut qualifier au minimum de nantis: ils sont si riches qu’ils ne pourront à priori jamais dépenser leur argent et pourtant , un ami trader (plutôt banquier, mais j’aime l’appeler ainsi) m’avouait que s’il devait revoir ses émoluments à la baisse (contraint par la populace), il se trouverait vite en faillite personnelle tant il vivait grand train, et même à crédit pour pouvoir faire plus encore.

Résultat, il est fermement décidé à se battre bec et ongles pour préserver ce qui nous apparaît comme des privilèges excessifs, vains et même futiles. Les rois les plus fastueux n’étaient-ils pas en fait les plus endettés et prêts à tuer pour continuer…..

Et cela me fait penser à quelque chose de très anachronique : l’agriculture industrielle avec ses agriculteurs addictés au crédit pour faire marcher leur fourbis industriels et continuer d’avoir le droit de vivre en esclaves attachés à leurs machines, pour le grand bonheur des grands groupes agro-alimentaire.

Ils se vivent en permanence comme étant devant la dernière marche avant le précipice et se mettent à défendre avec la dernière énergie le système qui les tue , comme dans un syndrome de Stockholm.

Et je me suis toujours dit que pour les sauver et les ramener à une agriculture biologique ou raisonnée, il faudrait budgétiser un somme folle juste pour les désendetter ; non pas désendetter le système comme on veut le faire, mais les gens eux-mêmes pour qu’ils retrouvent une capacité à penser, à redevenir raisonnables et sereins : seule condition pour se mettre à changer le système.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.