«

»

Jan 23

Bombe atomique

téléchargement

 

Il y a des choses dont on ne parle pas entre gens bien élevés.

La bulle financière colossale qui s’est formée sous la présidence  d’Obama en fait partie. On parle de « l’actif » en général et quasi jamais du « passif » du système.

Personne ne parle en ce moment du coût qui a été engagé pour stabiliser la situation financière et économique et personne ne parle du fait que ce coût est différé, reporté.

Obama a connu la montée du cycle, en particulier boursier mais Trump lui, hérite du négatif, la bulle, la surévaluation, la fragilité, le coût, le risque et bien sûr il hérite de l’énorme incertitude de la normalisation.

Il est extraordinaire que personne n’aborde cette question; ignorance, dissimulation, manipulation, volonté de faire porter le chapeau au paria Trump ?

La modeste performance économique d’Obama a été obtenue au prix d’un endettement colossal des agents économiques, du gouvernement et d’une hausse artificielle des prix des actifs financiers. C’est grâce à tout cela que l’on a pu différer la crise du crédit, repousser la fin du cycle.

Cela a été formulé cyniquement par Summers ; on a fait encore plus de tout ce qui avait provoqué la crise, on a doublé les rations de drogues d’un système « accro » au crédit bon marché, d’un système insolvable, d’un système sans épargne et d’un système souffrant d’un excès chronique de consommation, et/ou d’une insuffisance d’investissements productifs.

Trump hérite d’une fin de cycle redoutable. Le marché financier est surévalué, il n’a été plus surévalué que précisément les veilles de crises financières et singulièrement lors de la folie des dotcom.

Une expérience monétaire sans précédent, sauf celle de John Law, nous a conduits à cette situation et tous les spécialistes de l’économie et de l’histoire le savent.

A commencer par Carl Icahn ami de Trump que ce dernier vient précisément de nommer … conseiller spécial. Nous parions que c’est « conseiller spécial pour le marché financier » et même mieux,  « conseiller spécial pour gérer la question de la bulle » !

Carl Icahn est un géant de la finance américaine; il a déclaré il y a quelque temps, alors que le marché était bien plus bas «  En résumé, j’ai de l’expérience, j’ai vu le public se faire rincer  à plusieurs reprises et le temps n’est plus très loin ou ces catastrophes  sembleront bénignes en regard de celle qui se prépare. J’ai vu le public ruiné en 2008 et ce sera la même chose bientôt. »

La bulle financière est une épée de Damoclès suspendue au-dessus du monde, au-dessus de Wall Street  et au-dessus de la présidence  de Trump.

S’ il tarde à traiter le problème, il est politiquement mort, la chute de la bourse, l’effet de pauvreté, la récession, tout lui sera imputé.

La seule solution est de prendre les devant,  de traiter le problème le plus tôt possible.

Extraits d’un article de Bruno Bertez   brunobertez.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *