«

»

Déc 03

Apprenti sorciers

 

Je soutiens que la crise sanitaire a été une aubaine pour les élites.

la crise pandémique, crise exogène tombée du ciel a permis aux élites de prendre des mesures monétaires et financières exceptionnelles et elle leur a donc permis de faire l’économie de la crise financière colossale qui menaçait depuis septembre 2018.

La crise n’a pas été voulue, complotée, non la crise a simplement été mise à profit, une opportunité a été saisie.

Une crise inverse de celle de 2008.

La crise mondiale pandémique de 2020 est-elle différente des précédentes crises du capitalisme? Oui et Non.

Oui car elle a augmenté considérablement le risque de révulsion du crédit mondial pendant quelques jours, mais non parce qu’elle a permis de justifier l’injection d’une masse colossale de monnaie, de liquidités, de crédit gratuit, qui a noyé dans l’œuf ce risque de crise.

Les inquiétudes pour la stabilité financière qui étaient latentes depuis deux ans sont oubliées.

La raison ? Les autorités « se sont lâchées », elles ont sur-réagi afin de soigner en même temps le sanitaire et la finance. En Europe, par exemple, la crise sanitaire a fait sauter le verrou allemand.

Je soutiens, car j’ai le gout du paradoxe que cette crise sanitaire a été, est pain béni car elle a autorisé ce qui ne l’était pas avant. Elle a autorisé, sous l’effet de choc et de peur ce que jamais on n’aurait pu faire passer.

Elle a débloqué la situation budgétaire, a fait sauter toutes les règles de prudence et on s’achemine vers une explosion des dépenses financées par l’impression de monnaie.

 Mieux encore, la crise et le choc qu’elle a produit vont selon toute probabilité transformer la monnaie zombie, la monnaie en réserve en monnaie vivante et nous éloigner des précipices.

Je dis bravo les artistes !

La réponse des principales institutions monétaires nationales et des gouvernements a été d’injecter des trillions de monnaie / crédit dans leurs économies pour soutenir les banques, les grandes entreprises et les plus petites; elles ont aussi envoyé des chèques à des millions de chômeurs et / ou de travailleurs licenciés.

La taille de ces « largesses », financées par « l’impression » de monnaie par les banques centrales, est sans précédent dans l’histoire du capitalisme moderne.

Le cycle d’expansion et de ralentissement de la production et de l’investissement capitalistes sont souvent déclenché par un krach financier, soit dans le système bancaire ( comme en 2008) , soit dans le monde du «  capital fictif  » des actions et des obligations (comme en 1929 ).

Je soutiens que cette fois, une crise, la crise sanitaire et son traitement cynique peuvent provoquer le contraire d’un ralentissement c’est dire une expansion … non contrôlée.

Le seul risque à cette prévision qui est le contraire d’apocalyptique, c’est la stupidité, la bêtise : les grands prêtres pourraient très bien prendre peur face aux forces qu’ils ont libérées et vouloir les contrôler trop tôt.

C’est cela qu’il convient de surveiller.

Mais nous avons le temps de voir venir et de nous préparer.

D’après un article de Bruno Bertez    brunobertez.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *