«

»

Sep 05

Vides

Il arrive souvent que l’essence d’un être humain meure, tandis que sa personnalité et son corps demeurent vivants.

Les gens que nous voyons dans les rues d’une grande ville sont ainsi, presque tous, intérieurement vides ; en réalité, ils sont déjà morts.

« Il est heureux pour nous que nous ne le voyions pas et que nous n’en sachions rien. Si nous savions combien d’êtres humains sont déjà morts et combien nombreux sont ces cadavres qui gouvernent nos vies, le spectacle de cette horreur nous ferait perdre la raison. »

De fait, bien des êtres humains sont devenus fous parce qu’ils ont entrevu cette réalité sans une préparation suffisante — ils ont vu ce qu’ils n’étaient pas autorisés à voir.

 Pour être en état d’affronter cette vision impunément, il faut être sur la voie.

Si un être humain qui ne peut rien faire voyait la vérité, à coup sûr il deviendrait fou.

Mais cela se produit rarement.

Dans le cours ordinaire des choses, tout est arrangé de telle sorte que personne ne peut rien voir prématurément.

 La personnalité ne voit que ce qu’elle aime voir et ce qui ne contrarie pas son expérience.

Elle ne voit jamais ce qu’elle n’aime pas — ce qui est à la fois un avantage et un inconvénient.

C’est un avantage pour l’être humain qui veut dormir, c’est un obstacle pour celui qui veut s’éveiller.

G.I GURDJIEFF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *