«

»

Oct 12

Suicide

[Comme quoi, quand on veut trouver l’information, on la trouve, mais il faut se bouger un peu, et parfois ce que l’on trouve cela peut ne pas plaire.]-alpha.b

Allons, pour récompenser votre sagesse et votre assiduité, voici trois scoops. Trois informations qui ne font pas la couverture des hebdos, et dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler.

 Le 29 septembre, un tribunal de Washington a invalidé des mesures qui devaient contribuer à empêcher un seul intervenant de déséquilibrer à lui tout seul le marché à terme des matières premières. Ces mesures étaient prises par la CFTC, le régulateur américain de ce marché.

 Quelques jours plus tôt, le 24 septembre, on apprenait que le marché du pétrole ne serait pas réglementé. L’OPEP et les pétroliers, entre autres, s’y opposaient. Enfin, le 22 août, la SEC renonçait à un ensemble de mesures visant à protéger le marché des capitaux à court terme.

 C’est Paul Jorion, l’anthropologue-économiste, qui rassemble ces trois informations inaperçues, dans un billet intitulé « Le comportement suicidaire de la finance ». Il en tire des conclusions dramatiques, mais parfaitement plausibles, sur le comportement suicidaire du monde financier (suicide dans lequel, soit dit en passant, nous serions tous entrainés, même ceux qui ne siègent pas au board de la SEC, et ne pédégèrent pas une compagnie pétrolière).

Le point commun de ces trois informations ? La finance ne veut pas être régulée. Elle s’y opposera de toutes ses forces. Elle déploie toute son énergie à galoper vers la catastrophe finale. Dans un univers informatif normal, les hebdos devraient rivaliser de couvertures alertant les lecteurs sur cette course au suicide.

 Qu’on n’objecte pas que c’est technique, complexe, que le lecteur n’y comprendra rien. Voici une collection de titres gracieusement offerts aux maisons Barbier-FOG-Joffrin-Szafran: « Les rapaces » ; « Comment la finance court vers l’apocalypse » ; « Dans les coulisses des maîtres du monde ».

 Quant à la narration, il est toujours possible de romancer les récits, avec quelques anecdotes bien épicées, pour se conformer aux canons du genre. « En ce 29 septembre, l’automne fait déjà flamboyer les érables de Washington. En sortant au petit matin du domicile de sa maitresse, le vice-président de la CFTC reçoit un texto sur son Blackberry… », etc. En cherchant bien, on devrait trouver une liaison entre la cousine de la belle-soeur de Valérie Trierweiler et un vice chairman of the board de chez Goldman Sachs, ou une affaire de harcèlement sexuel à l’Agence internationale de l’énergie. Il suffit de fouiller. C’est pour la bonne cause.

Arretsur images.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.