«

»

Juil 27

Souriez

images (1)

Les investisseurs du monde entier n’ont jamais été confrontés à des risques aussi élevés que ceux auxquels nous sommes exposés en ce moment. Malheureusement, très peu d’entre eux en sont conscients

Voici quelques-uns des événements qui bouleverseront la planète :

  1. Aucun État souverain ne paiera jamais sa dette – Cette affirmation est irréfutable et quiconque ne comprend pas cela vit dans le déni. Les gouvernements ne peuvent pas et n’ont aucune intention de payer leurs créditeurs. Ils ne peuvent même pas payer les intérêts sur cette dette, et c’est pourquoi de plus en plus de pays ont des taux d’intérêt négatifs.

  2. Aucune banque ne rendra leur argent aux déposants – Je sais que très peu de gens croient cela. Car s’ils y croyaient, ils ne détiendraient pas environ 200 000 milliards $ d’actifs dans le système financier, en plus des 1 500 000 milliards $ de produits dérivés dans le système bancaire

  3. Les marchés actions perdront 90% ou plus – Je sais que la plupart des investisseurs trouveront cette affirmation sensationnelle, venant de quelqu’un passablement dérangé. Mais laissez-moi seulement vous rappeler que lorsque le Dow Jones s’est effondré, entre 1929 et 1932, les conditions économiques aux États-Unis et ailleurs étaient bien meilleures qu’aujourd’hui.

 Le temps des méthodes keynésiennes, mal conçues, pour créer de la prospérité en imprimant des morceaux de papier sans valeur (ou de la monnaie électronique) est dépassé. L’impression monétaire ne fera qu’exacerber le problème de la dette. Le monde se rendra bientôt compte que l’on ne peut régler un problème en appliquant les mêmes méthodes qui l’ont causé au départ.

  1. Le marché immobilier s’effondrera – Les bas taux d’intérêt et la folie spéculative ont créé des bulles immobilières dans le monde entier. Le premier signal d’alarme a eu lieu en 2006 mais, grâce à une impression monétaire massive et des garanties à hauteur de 25 000 milliards $, les gouvernements et les banques centrales ont réussi à retarder l’inévitable. Mais depuis, la dette mondiale a augmenté de 2/3 et les taux d’intérêt ont baissé, de 6% à zéro, voire devenus négatifs

  2. Les devises atteindront ZÉRO – Le déficit budgétaire de la plupart des pays et l’explosion de dette qui en découle continueront à mettre la pression sur les devises. La plupart des devises ont d’ailleurs perdu 97-99% de leur valeur en termes réels, ces 100 dernières années. La dernière baisse de 2-3% aura probablement lieu dans quatre à sept ans. Le problème est que cette chute finale représente 100% à partir de maintenant. Cela signifie que toutes les devises atteindront leur valeur intrinsèque de ZÉRO dans les années à venir. Donc, les épargnes en liquide ne vaudront rien.

  3. Risques géopolitiques, terrorisme et troubles sociaux – Ces risques sont plus élevés que jamais, que ce soit au Moyen-Orient, entre les États-Unis et la Russie, la Chine etc. ou des émeutes en Europe, aux États-Unis, en Chine ou ailleurs au monde. L’agitation sociale, le terrorisme et la guerre civile feront bientôt partie du quotidien

Tout cela peut ressembler à une prophétie de malheur. Les investisseurs qui ne veulent entendre que de bonnes nouvelles n’ont qu’à regarder la télé ou lire les journaux. Il y a peu d’endroits où le risque est correctement abordé.

 J’espère évidemment que mes prévisions seront fausses, mais je crains avoir raison. Il est donc essentiel pour les investisseurs – et les gens qui ont un peu d’épargne – de prendre les mesures nécessaires pour se protéger.

L’or et l’argent ne régleront pas tous les problèmes potentiels ou les catastrophes à venir. Mais ils sont sans doute la meilleure assurance que les investisseurs puissent détenir pour protéger leur capital contre la plus grande destruction de richesse que le monde n’ait jamais connue. Naturellement, il doit s’agir d’or ou d’argent physique, et il doit être conservé hors du système bancaire/financier.

Extraits d’un article de Egon von Greyerz                     24h Gold

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.