«

»

Avr 02

Quo usque tandem

Certains historiens disent que le XXème siècle et sa révolution technologique et matérielle se démocratise et commence véritablement seulement après la 2ème guerre mondiale.

Mes parents et beaux-parents ont connu le rationnement alimentaire mais à la campagne c’était plus facile, puis il y eu les trente glorieuses qui nous ont fait basculer dans une autre civilisation.

Aujourd’hui, nous sommes devenus des citadins à 80% ou peut-être même 90% avec les néo ruraux.

Qui cultive encore un jardin potager ?

Aujourd’hui, la technologie de nos vies nous a complètement fragilisé d’un point de vue matériel sur des besoins fondamentaux : alimentation, énergie, santé…

“Ravage” de Barjavel, anticipait déjà parfaitement cette fragilisation.

 L’un des enjeux fondamentaux de la transition écologique se joue d’ailleurs là, dans notre capacité à retrouver la maîtrise de nos besoins fondamentaux sans dépendre du briquet chinois pour allumer notre gazinière alimentée au gaz russe pour cuire notre steak en provenance de Pologne avec quelques légumes espagnols…

Et le pire, sans doute, c’est la disparition progressive de notre capacité à bricoler, savoir faire des choses de nos mains.

J’ai participé autrefois (années 90) à des séjours de vacances nature avec des enfants où il y avait des “ateliers couteaux”. On apprenait à des enfants à se servir d’un couteau. Il y a quelques années seulement, j’ai revu un des organisateurs de ces séjours qui me disait qu’ils allaient arrêter ce type d’atelier parce que trop d’accidents. En effet, les animateurs d’aujourd’hui ne savent plus eux-mêmes se servir d’un couteau !

Aujourd’hui, la très grande majorité de nos contemporains, et particulièrement les citadins, ne savent plus qu’enlever le film plastique de leur viande emballée !

Alors, dans cette “crise / effondrement” qui vient, la question est :

jusqu’où allons-nous être contraint de régresser pour répondre à nos besoins fondamentaux ?

Commentaire sur le blog de Paul Jorion   pauljorion.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *