«

»

Nov 25

NDDL

 

Au-delà de la construction d’un aéroport aussi inutile que coûteux se pose une fois de plus la question de « démocratie ». Les élus du peuple se comportent comme s’ils n’avaient pas été désignés par le peuple, puisqu’ils confisquent sa parole, et nient son droit à s’exprimer.

Environ 30 000 personnes qui se déplacent par un jour d’automne pour défendre une terre agricole, heureusement préservée de la folie du remembrement parce qu’inscrite dans un projet démentiel de construction d’un aéroport, cela ne suffit pas !

 L’évacuation ordonnée par le Ministre de l’Intérieur, et la pose de scellés sur des maisons construites par des « habitants » (je préfère ce mot à celui de « squatteurs ») qui les met désormais en situation de commettre un délit en les réintégrant, n’est qu’une provocation de plus dans ce conflit (ce mot n’est pas exagéré) entre une oligarchie minoritaire mais qui détient tous les moyens d’information et un peuple de plus en plus isolé par la faute de ces mêmes media sensés justement les informer.

Le lien social qui est la base de toute société s’effiloche chaque jour un peu plus et c’est là le vrai combat du pouvoir en place dans notre pays mais aussi dans la plupart des autres pays de la planète : rompre le lien social !

Notre des landes, comme le Larzac, comme Plogoff est en train de devenir un créateur de lien social, où des gens qui ne se connaissent pas ont décidé de défendre, au-delà d’un bien qui ne leur appartient pas, quelque chose de supérieur : l’idée du bien public, la vie, cette nature qui nous donne à manger.

 Dans une période de crise pourquoi s’acharner à vouloir construire un aéroport qui coûtera près d’un milliard alors qu’une centaine de millions suffiraient pour rénover et agrandir celui de Nantes Atlantique qui est déjà bien suffisant pour les besoins actuels et futurs.

M Ayrault, qui en fait une affaire personnelle, devrait s’inquiéter, son entêtement va se trouver confronté à celui de milliers de gens qui ont pour eux l’énergie de ceux qui sont habités par une conviction : celle d’être du côté du Bon Droit.

Et puis, Monsieur Ayrault, si vous avez des gendarmes mobiles pas très motivés dites-vous qu’en face il y a la Résistance d’une population motivée, et contre cela vos grenades lacrymogènes ne peuvent pas grand-chose. Arrêtez pendant qu’il en est encore temps, avant que soit commis l’irréparable : la perte de vies humaines. Vous en avez le pouvoir, vous en sortiriez grandi !

Commentaire sur le blog de Paul Jorion   www.pauljorion.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.