«

»

Mar 17

L’intergéneration

[C’est certain que l’histoire l’écrira, mais rien n’est écrit d’avance]-alpha.b

 

Bonjour M. Jorion

J’avoue que j’ai trouvé un peu de réconfort dans vos propos. J’ai 32 ans et le sentiment de faire « le pompier » de cette société depuis 10 ans auprès de mes proches.

Entre les amis qui « craquent » (et ils sont nombreux), les frères qui triment, les mères qui pleurent je peux très bien décrire le « burn out » (comme évoqué par Delovoy, président du CESE) de notre société.

Sur la place publique, on accable ma génération de tous les maux sans parler de responsabilité collective. Les 5 derniers mariages auxquels j’ai assisté, sans être de faux mariages, étaient précipités par la nécessité de régularisation (précaire), la science qui donnait un bel avenir à votre génération est encastré dans le système qui n’arrive pas à se mettre en cause, la politique nous domine, les anciens se servent de nous et nous traitent d’ingrats quand on se rebelle.

C’est de pire en pire, on ne peut plus côtoyer les « amis du bac à sable » à cause de la violence symbolique raciste nourrit par ceux qui sont sensés « conduire le pays ».

 Bref, tout un tas de matière grise et force vive qui devrait être en train de construire son avenir est cantonné à obéir à un système qui l’asservit.

L’Histoire l’écrira, c’est sur, mais en attendant, nous on compte les morts. Nous nous battons, avec nos petites armes (j’ai repris les études pour un doctorat en sociologie), on se soutient (alors qu’ils tentent de tuer les dernières solidarités), on souffre (bâillonnés, « tais toi et creuse »… ta tombe).

Alors merci, on a besoin de gens comme vous. Juste un commentaire, il y a des périodes où les problèmes sont tellement flagrants que les solutions et les idées partent en même temps de différents endroits, et la paternité va au plus légitime, celui qui l’a formalisé, souvent le plus puissant.

Il y a je crois une étude nommée « mes idées ne m’appartiennent pas ». Je comprends votre remarque, je la relativise (peut être à tord dans ce cas d’ailleurs car je ne connais nullement les précisions).

Les pionniers, qui ont des idées et les bricolent sont généralement les plus mal lotis qui cherchent à comprendre et à réagir, mais ils n’ont aucune protection « intellectuelle », et ce sont les innovateurs qui ont les moyens et les compétences de traduire ces idées en innovation qui en héritent. Mais ce commentaire n’est qu’un détail au regard de ce qui ce passe. Meilleures salutations à vous!

 

         Commentaire sur le blog de P.Jorion    www.pauljorion.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *