«

»

Août 30

L’effondrement

[Autre façon de dire que l’effondrement est en cours parce que le système ne remplit plus sa fonction première, la survie et la subsistance de tous, et qu’ essayer de faire perdurer sa nouvelle finalité, l’enrichissement de quelque uns, ne fera que retarder l’inévitable]-alpha.b

Le système s’effondre parce qu’il n’est plus en mesure d’assurer sa finalité, à savoir sa stabilité et sa perpétuation.

 Les élites, dont la fonction est justement d’assurer la capacité téléologique de l’ensemble, se sont exonérées de cette fonction. Ce faisant, elles ont perdu leur capacité à produire la finalité définie (stabilité sociale) et génèrent une rupture téléologique, rupture qui est l’origine de l’effondrement.

Le ‘souci’ est que les élites se conçoivent toujours au sein d’un système téléologique : seule la finalité a été modifiée, selon eux, ce qui ne change en rien la nature du système.

 Et sa reproductibilité.

 L’effondrement en cours n’est donc qu’une cause de la finalité à atteindre, rien de plus : cela ne remet pas en cause la capacité des élites à définir une finalité et les moyens de l’atteindre, afin d’assurer la stabilité téléologique (‘La fin justifie les moyens’, etc.).

La reféodalisation.

 Celle des riches, pas celle des seigneurs.

 « Et c’est parce que nous vivons une transition que nous souffrons : dès lors où nous aurons retrouvé la stabilité téléologique, soit la reproduction des riches dans un état social enfin stable, nous connaitrons de nouveau à la fois le but, les causes mais aussi la nature même des choses. »

Cette ‘opportunité’ laissée au ’1%’, qui a surgi suite à l’évitement de justesse de l’effondrement global en 2008 du système, il va de soi, est très largement contestée.

 Pas par les ’99%’.

 Par l’effondrement lui-même.

Commentaire trouvé sur le blog de Paul Jorion     www.pauljorion.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.