«

»

Nov 08

Le tunnel

 

Ils s’y mettent tous pour prédire que nous sommes entrés dans un tunnel, histoire sans doute de nous y accoutumer.

A se tordre de rire ou de douleur, c’est selon. En 1976 Raymond Barre nous disait: « On voit le bout du tunnel. »

En 2012, nous entrerions dans le tunnel. Pour l’accoutumance c’est déjà fait, nous sommes quasi métamorphosés en taupes.

En fait, depuis 36 ans nous sommes dans le tunnel. Comme nos nouveaux maîtres nous prédisent que nous allons y rester 5, 10, ou 20 ans: à ce niveau-là ce n’est plus d’un tunnel qu’il faut parler, mais plutôt d’un trou noir.

Depuis la fin des « Trente glorieuses. », nous avons été happés par le trou noir de la mondialisation néo-libérale. Trou noir qui disloque nos sociétés, et écrase nos services publics et nos systèmes sociaux. Trou noir qui a gelé le temps du progrès social, et nous fait même remonter le temps par la régression sociale qu’il induit.

Pour pasticher Cyrano de Bergerac, l’on pourrait dire:

 « C’est une taupinière ! . .. C’est un terrier ! . . . c’est un tunnel !

 Que dis-je, c’est un tunnel  ?. .. C’est un trou noir ! »

A moins que ce ne soit pas d’un tunnel qu’il s’agit, mais de plusieurs tunnels parallèles.

Nous sauterions ainsi par effet quantique d’un tunnel à l’autre, expérimentant ainsi de nouvelles sensations dans le domaine de la mise en coupe réglée de l’Etat Providence.

Allez savoir, dans un tunnel ou dans un trou noir il fait tellement sombre qu’il est difficile de trancher.

 Commentaire sur le blog de Paul Jorion   www.pauljorion.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.