«

»

Sep 19

Le laboratoire expérimental (suite)

Procuste, dans la mythologie grecque « celui qui martèle pour allonger »  sévit sur la route Europa projetant de laminer un peu plus les revenus des seniors grecs. Le rapport de l’Observatoire de l’évolution économique et sociale INE-GSEE fait état d’une désintégration du fonds de réserve de l’assurance sociale en dépit de la réduction du niveau des pensions de 7 % à 20 %.

Le célèbre avocat Dimitris Perpataris indique que le problème de viabilité des fonds est directement lié au sous-financement, aux dettes, au chômage endémique, au travail au noir et donc non déclaré, à la fraude aux cotisations généralisées, à la bureaucratie et enchevêtrements inefficaces, aux grands scandales impunis…

Dans le même temps, le seul « remède » au cours des dernières années reste l’abattage systématique à la Procuste, pour un nouveau « massacre » dans les réserves individuelles et les pensions dès ce 1er janvier 2014  ainsi qu’une réduction attendue jusqu’à 20 % en moyenne.

Comme l’a souligné toutefois Dimitris Perpataris, toutes les coupes budgétaires (assaut rapace sur les fonds immobiliers, chômage structurel, démantèlement du tissu productif) sans perspective de restructuration de soutien et de développement de la santé publique et de la sécurité sociale sont vouées d’avance à l’échec.

Le projet de l’Union européenne

Selon Wolfgang Schaüble, l’Union européenne va bientôt présenter le modèle de l’État providence américain privé révélant ainsi sa principale option pour le renversement du modèle européen de l’État providence social.

Le plan est fondé sur la même propagande nous dit Dimitris Perpataris : « sans coupures il n’y aura pas de retraite (mais qui tendent déjà à …. zéro chez nos amis grecs) et les jeunes générations n’ont pas à payer la facture de la précédente »

Encore une fois, les retraités dans « le lit de Procuste »

Le gouvernement grec suit les instructions de la Troïka et rouvre le dossier des retraites à l’automne et ce qui peut sembler comme de la science-fiction nous dit To Pontiki, journal indépendant grec, c’est ce qui se prépare à savoir l’entrée d’un nouveau produit qui est connu depuis au moins une décennie aux USA et dans certains pays européens : « le prêt hypothécaire inversé »

C’est d’autant plus vrai, nous dit Panagiotis Grigoriou. Historien et Ethnologue qu’avec la prochaine pistache nouvelle d’Égine de 2014 ou de 2015, les Grecs découvriront en série illimitée, la seule retraite garantie désormais, des 360 euros par mois, en plus et c’est le comble, vraisemblablement versée suivant la seule “sûreté constituée restante”… à savoir l’hypothèque !

 Car, d’après le reportage de notre hebdomadaire satirique et politique “To Pontiki” daté du 12 septembre, “les geôliers du totalitarisme hyper-libéral, préparent la prochaine étape de l’expérience – Grèce”, à savoir la mise sous hypothèque des biens immobiliers des Grecs, seule “condition pérenne restante” pour que les retraites puissent être versées après l’effondrement, d’ailleurs c’est pour bientôt, de l’ancien système dit par répartition.

 

Extraits d’un article de Marianne

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *