«

»

Déc 28

La trève des confiseurs

Il est absolument remarquable de voir comment l’énorme congé fête de fin d’année suspend le temps et toute autre chose d’importance. Il n’était pas possible de voir il y a quinze jours comment les banques Européennes pouvaient s’en sortir avant le 25 Décembre, mais tout à coup, simultanément à la ruée de shopping de fin d’année, des lignes de swap se sont ouvertes entre la FED et la BCE, et 600 milliards de prêts à 0% ont afflué vers 200 banques Européennes. Il est possible que ce montant couvre les deux prochaines semaines de refinancement de leurs dettes, et puis quoi ?

Comment ne pas être impressionné par la capacité de ces banques centrales, et de leurs propriétaires exploitants, à continuer à faire circuler d’immenses quantités d’argent notionnel ? Malheureusement, chaque cycle de lavage rinçage laisse les certificats de papier un peu plus pales et un peu plus fins, et viendra bientôt le temps où ils apparaîtront juste comme des bouts de papier blanc. Mais des rackets de cette taille et de cette insolence ne seraient pas possible, sauf dans une culture si éloignée de la vérité que tout peut passer sans la moindre remarque.

J’imagine bien qu’il faudra quelques semaines, peut être tout l’hiver, pour que le sentiment de s’être fait escroqué commence à se faire sentir du côté des victimes. Vous pouvez déjà ressentir un subtil grondement venant de loin, et l’hiver est la bonne époque pour entendre ces bruits de fond, comme de profonds grondements de frictions de la glace dans le noir le plus profond de la nuit près d’un lac gelé. Viennent bien un jour les torrents et les tumultes du printemps.

Je suppose que ce qui bluffe la plupart d’entre nous est l’échec apparent de cette fine tranche démographique habituée à réfléchir à manifester la moindre objection aux escroqueries et brigandages organisés de cette époque. En d’autres temps, ces personnes avec des lobes frontaux actifs auraient identifié depuis longtemps ces activités criminelles pour ce qu’elles sont.

J’ai peur toutefois que nous ne soyons allés trop loin. Il y eut un temps en Amérique ou vivait l’espoir que M. Obama allait restaurer l’état de droit, mais il est allé bien plus loin dans la direction opposée en détraquant les leviers de la vérité, et dans un style tellement génial que personne ne s’en est aperçu, non plus. Cette fine tranche démographique à laquelle je faisais allusion précédemment doit avoir hypothéqué son âme depuis trois ans pour pouvoir simplement continuer à réfléchir. Et donc, lorsque ceux qui se sont fait avoir se réveilleront de leur sommeil de zombies, leur sainte colère se manifestera avec une violence infernale.

Il est des époques où nul gouverneur intellectuel n’émerge dans ce type de situation, comme ce fut le cas lors de la révolution française. Lorsque les avocats, les théoriciens politiques et les philosophes s’y sont collés, le sang a vraiment commencé à couler.

Est-ce ce scénario qui va se jouer dans les mois et les années à venir ? C’est ma conviction. Nous avons laissé nos sociétés créer une aristocratie toxique de privilèges et de méga-riches aussi arrogants (ou pire) que les parasites de Versailles. Je confesse que j’aimerais bien que nous ayons un peu de Grand Guignol. Il y a quelques financiers que je verrais bien traités à la manière de Vlad III, prince de Wallachian, le célèbre « Empaleur ». Et quel meilleur endroit pour cela que Zuccotti Parc, un endroit bien plus intime que la Place de la Concorde qui génère tant d’agoraphobie. Vous verrez ce qui arrive lorsqu’en l’absence de la règle de droit même les hommes prudents font appel à leur cerveau reptilien.

Le plus intéressant dans l’histoire d’amour de l’Amérique avec l’Ouest Sauvage est qu’il y avait toujours un Est civilisé vers lequel se retourner, – au cas où vous arriviez à revenir en un seul morceau. Eh bien voilà. D’abord la frontière de l’ouest a été fermée il y a plus de cent ans, et maintenant nous nous réveillons le matin de Noël et nous apercevons que tout le pays, d’un océan à l’autre, s’est décomposé et est en état de décomposition avancée.

Tirez le meilleur de cette semaine brumeuse et en animation artificielle pendant que vous le pouvez encore.

Par James Howard Kunstler – Kunstler.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.