«

»

Oct 05

La théorie du complot

 

Le tsunami monétaire arrive

Des jeux, du pain et du déshonneur

Churchill disait un jour à Chamberlain a propos des accords de Munich :

Vous vouliez la paix, vous vouliez sauver l’honneur : vous aurez la guerre et le déshonneur !

Le temps ne change guère les hommes, ce sont les guerres qui changent. F Mitterrand dans son testament nous prévenait d’une guerre en cours contre les américains, une guerre sans mort, une guerre a mort !

Le grand coup a commencé :

Qui se souvient du camouflet infligé a T Geithner, par la troïka européenne, lors de son dernier voyage en Europe ? Les diktats américains ne datent pas d’hier, et le testament de F Mitterrand est là pour nous le rappeler. La déliquescence de l’outil industriel et artisanal depuis 30 ans en occident est leur bébé, la financiarisation de cet appareil et la délocalisation via la mondialisation a été le passage obligé pour supporter cette concurrence féroce inventé au seul profit du plan de cartellisation made in USA, la preuve :
http://dondevamos.canalblog.com/archives/2011/09/16/22064710.html

Pire encore,

La mise à sac de l’occident par les financiers rastaquouères était décidée de longue date notamment au forum de Davos, par tous les dirigeants du monde, américains et russes, bras dessus, bras dessous. Ceux qui ne connaissent pas ce jeu des réunions internationales réécoutent ce témoignage, et à partir de la 9eme minute pour les autres, sur la mise en place des multinationales pour contrôler le monde :

http://www.dailymotion.com/video/xiac60_300-multinationnales-pour-nous-r…

Depuis un quart de siècle, nous vivons sur le dogme d’une globalisation inéluctable, stade ultime du capitalisme, censé apporter bonheur et prospérité au plus grand nombre. Or, ce monde global débouche sur une crise… globale.

Sans oublier que capitalisme et communisme n’auront été que les deux faces d’une même farce.

Ce plan arrive,

La puissance financière tient à un fil, elle a un but, elle a peu de temps. Son seul ressort est la monétisation de la dette jusqu’à écroulement total des citoyens et des Etats pour imposer sa banque mondiale et sa refonte du système monétaire au profit des familles oligarchiques, comme jadis ce fut le cas pour les banques centrales.

Le plan Liesman(1), doit être imposé aux européens le plus vite possible, c’est le plan des mondialistes, son pitoyable héraut en France, J Attali ne jure que par lui. Les européens selon ces dealers de fausses monnaies doivent endetter l’Europe via une création monétaire fictive de plus de 2000 milliards d’euro !!! Un énorme Quantitative Easy par le FESF…………..et comme les américains trouvent que nos gouvernants n’ont pas l’échine assez souple, une bonne chute des indices boursiers européens pourrait leur servir a mieux comprendre qui décide.

Dans ce contexte, ceux qui n’ont pas encore compris que les marchés ne sont pas efficients, et n’existeront peut être même plus avant la fin 2012…………peuvent continuer à écouter la musique sur l’insubmersible navire boursier. L’article posé en lien ci-dessous considère qu’une chute de 10/15% sur les marchés européens est un minima pour réveiller la BCE, avec toute sa clique………….en fait un bon prétexte diront nous.

Le tsunami monétaire viendra,

Ces monstrueuses quantités de fausse monnaie peuvent encore tromper un peu de temps, comme la mer quand elle se retire avant un tsunami, mais il ne passera un an que la vague reviendra, a ce moment ils reconnaîtront une inflation masquée depuis des années par des statistiques magiques, juste réservée a la plèbe planétaire qui ne cesse d’enfler, qui connaît elle le prix du pain…………..

Les peuples sont dans la rue,

Un peu partout dans le monde ; ils réclament des jeux et du pain ; incroyable que dans cette société dont la richesse et les moyens techniques n’ont aucun égal dans l’histoire de l’humanité, il existe autant de misère, de corruption et de vices…………à qui reviendra le comble du déshonneur…………..certainement pas a ceux qui gouvernent, il y a trop longtemps qu’ils ne connaissent plus la honte.

In fine

Les incroyables dispositions prises pour piéger ceux qui ont encore quelques économies, les manipulations pour les écarter de la conversion en or et biens tangibles avant la vague de 2012, offre des opportunités dans la dernière baisse qui se profile et qui impactera certainement l’or et l’argent…………c’est le dernier train.

Les grands financiers préparent la nasse, vos gouvernants sont en train de se faire botter le cul pour accélérer la manœuvre……rira bien rira le dernier. Les derniers nantis de la classe moyenne méprise la piétaille qui se débat pour survivre, cette dernière nourrie sa haine au quotidien, un jour ils se retrouveront face à face, peut être que les forces de l’ordre ne seront pas du coté qu’ils pensent……c’est déjà le cas ailleurs :

Les marines rejoignent les manifestants devant Wall Street :

http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=4581

La police se joint aux manifestants au Portugal :

 il est minuit, dormez braves gens !

Denissto

(1)Les spéculations vont bon train outre-Atlantique sur le fonds européen
De Hugues HONORÉ (AFP) –

WASHINGTON — Les spéculations vont bon train outre-Atlantique sur la meilleure forme à donner au fonds de secours européen (FESF), entre un gouvernement américain qui donne ouvertement son avis et Wall Street qui cherche la meilleure issue à la crise de la dette publique.


Depuis mi-septembre, Washington cherche à convaincre la zone euro d’aller plus loin que le dispositif actuellement prévu, doté de 440 milliards d’euros.

« Ils traversent une crise financière qui fait peur au monde », disait lundi le président Barack Obama. Et d’après son gouvernement, le moyen de la combattre est d’augmenter les ressources du Fonds européen de stabilité financière.
Le Trésor des Etats-Unis appelle à impliquer la Banque centrale européenne, qui pourrait prêter au FESF.

« Une condition nécessaire à la confiance est de voir les gouvernements et la banque centrale collaborer particulièrement les uns avec les autres », disait samedi le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, qui se disait « prodigieusement impressionné » par l’action de la BCE dans cette crise.

« Ils vont devoir mettre en place derrière cela un cadre financier bien plus puissant », poursuivait-il lundi, rappelant que les Etats-Unis, en 2008 et 2009, avaient employé « une force financière énorme » face à la crise financière.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, apprécie l’idée. « Je me demande personnellement s’il ne serait pas nécessaire d’avoir une combinaison des deux [interventions du FESF et financement par la BCE], avec un soutien évident des Etats et des garanties d’une manière organisée », confiait-elle le 23 septembre.

Lundi, la chaîne d’information américaine CNBC a évoqué, en citant « un responsable » non précisé, un projet de plan dont discuteraient les Européens: la Banque européenne d’investissement créerait un « véhicule spécial d’investissement » qui pourrait emprunter à la BCE pour acheter de la dette d’Etats en difficulté.

Aux Etats-Unis, ce projet est surnommé « plan Liesman », du nom du journaliste de CNBC affecté au Trésor et à la Réserve fédérale, et qui a révélé l’information, Steve Liesman.

L’existence de ce projet a été vigoureusement démentie par l’Allemagne. Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble a qualifié mardi l’idée de « stupide ».
Des analystes voyaient donc ce « plan Liesman » le fond de la pensée du gouvernement américain.

« Pourquoi un responsable de haut niveau européen donnerait-il ce scoop à Stevie plutôt qu’à un média européen ou plus en vue? », s’interrogeaient mercredi les analystes de la maison de courtage M. Ramsey King Securities, suggérant que le « responsable » qui avait révélé ces détails serait américain.

A Wall Street, l’idée inspire des doutes.

« Cela pourrait équivaloir à une monétisation (en catimini) de dette à grand échelle, et ce n’est pas une décision que la BCE ou les pays du centre de la zone euro ont des chances de prendre facilement ou rapidement », écrivaient jeudi les analystes new-yorkais de la maison de courage japonaise Nomura.

L’un d’eux, Jens Nordvig, comparait l’idée à celle défendue en 2008 par le secrétaire au Trésor de l’époque, Henry Paulson, de se doter d’un « bazooka » contre la crise financière. M. Nordvig se disait « loin d’être convaincu » que les Européens aient envie de monter ce « bazooka ».


« L’histoire récente du processus politique européen laisser penser qu’aucune solution aux problèmes de dette publique n’interviendra tant que les dirigeants ne seront pas poussés à prendre des mesures de correction par une nouvelle chute de 10 à 15% des indices boursiers américains et européens », déplorait jeudi John Lonski, de Moody’s Analytics.

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés

Voila un document qui laisse songeur : et si c’était vrai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.