«

»

Sep 18

Joueur de billes

 

Trump tourne une page de l’histoire mondiale:

Nous l’avons expliqué maintes fois, Trump est en train d’aller bien au-delà d’une simple guerre commerciale, il détruit le système monétaire et financier sur lequel on était depuis 1971; Il détruit le système Bretton Woods II.

Ce système consistait à laisser enfler les déficits US afin d’alimenter la demande mondiale, mais en contrepartie il aboutissait à ne pas exiger le remboursement des dollars ainsi envoyés aux producteurs étrangers. Les exportateurs vendaient des biens réels et les USA les payaient en promesses, en papier. En clair le système était expansionniste car il reposait sur une sorte de « crédit vendeur ». Le pouvoir d’achat réel des américains n’était jamais limité. A chaque déficit c’est une nouvelle ligne de crédit qui s’ouvrait.

L’étranger qui avait des excédents recyclait ses dollars sous formes d’achats de titres américains, valeurs du trésor, actions, obligations, titres de crédit, immobilier. Bref on était installé sur le paradoxe du joueur de billes; le joueur américain perdait toujours ses billes mais on les lui rendait pour que le jeu continue. Et plus il perdait de billes, plus la masse de billes hors des USA augmentait, ce qui donnait une impression incroyable d’aisance: la rareté était vaincue.

C’est cet ordre du monde que détruit Trump. Cet ordre était très favorable aux bourses.

Cet ordre du monde fondé sur l’inflation de signes monétaires américains , sur la négation des limites d’émission de monnaie et de créances en dollars, était très favorable pour les marchés financiers; les liquidités enflaient les cours boursiers, l’activité et la croissance des firmes étaient au-dessus de ce qu’elles devaient être spontanément, les bénéfices des entreprises étaient supérieurs à ce qu’ils devaient être grâce à l’arbitrage international du travail et aux importations bon marché.

C’est ce système que détruit Trump. Bien entendu, c’est à terme. Mais il faut dire qu’il avait déjà trouvé ses limites avant Trump, car la crise de 2008 a pulvérisé la coopération internationale, réveillé le chacun pour soi, et restauré l’agressivité globale.

On s’achemine naturellement, organiquement vers une disparition de l’excès d’épargne mondiale, mais pour que les conséquences s’en fassent sentir il n’est pas besoin que les chinois agissent et prennent des mesures de rétorsion: le cours normal des choses va se charger de contracter la masse monétaire mondiale.

La masse de dollars hors USA va continuer la contraction qu’elle a amorcé ces dernières années, le refinancement en dollars des grandes banques mondiales hors USA va devenir de plus en plus serré, bref on va vivre, étalé sur de nombreuses années l’inverse de ce que l’on a vécu, c’est à dire la raréfaction du dollar

Ce que Trump tue, c’est la machine à produire des dollars hors USA !

Extraits d’un article de Bruno Bertez brunobertez.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.