«

»

Mar 09

Homo habilis

Tout le Système, pour survivre et se transformer, implique une réorganisation verticale et horizontale des sociétés.

D’ailleurs, la manière d’appréhender l’épidémie en Chine est révélatrice du contrôle absolu appliqué par tous les moyens modernes techniques mis à leur disposition. La culture chinoise et plus largement asiatique fonctionne sur un fond collectiviste ou la soumission individuelle passe par le sacrifice personnel… Ce sera plus compliqué en occident,

On se retrouve à être les cobayes d’une immense expérience de labo.

Quand on sait ce que valent des mots aussi creux que « démocratie », « référendum » ou « souveraineté » on peut comprendre qu’il ne faille qu’un catalyseur comme le covid-19 pour accélérer la métamorphose entropique d’une économie et d’un système financier mondial en un champ de ruine sociale.

Le modèle politique centralisé chinois avec sa galaxie d’entreprises privées encadrées par un cœur politique non élu comme pour l’U.E, garantie, par la mise sous tutelle des populations, que les institutions façonnées par les seigneurs ultra riches et la métairie du monde politique, nous feront entrer de plein pied dans un néo-féodalisme ou la sphère technologique sera le moyen -rendu plus efficace- pour transformer la sphère sociale et économique mondiale en un « village global Potemkine ».

Quant au domaine financier, il aura d’ici-là, passé la crise terminale, devenue une entité globale dotée d’une nouvelle devise-étalon.

Il ne s’agit plus d’avoir un Empire monopolistique avec une géographie distincte mais bien un empire-monde monopolistique sans géographie définie… ce qui colle bien avec l’idée que plus riche vous êtes plus mondialisé vous serez.

Cela nous entraîne sur un non-territoire culturel car il n’est ni culture, ni civilisation sans différence et ce qu’ils veulent c’est l’indistinction que représente le modèle apatride, déraciné et sans attache au terreau du passé….

Faire table-rase du passé, c’est pensent-ils pouvoir jouir de la création dont vous êtes le créateur, c’est jouir en toute puissance dionysiaque du profit de diriger le monde

L’idéal de puissance veut faire son saut qualitatif et outrepasser les contraintes d’incertitude propre aux écosystèmes naturels.

Extraits d’un article de Mister T sur le blog de Bruno Bertez

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *