«

»

Juin 20

Desindustrialisation

160620_LCA_UK

 

Mais une chose curieuse arrive lorsqu’un pays perd sa capacité de produire des biens réels dans le monde réel : lorsqu’explosent la monnaie et les politiques commerciales qui rendent toute importation financièrement pertinente, il ne se retrouve plus personne pour fabriquer des biens essentiels, pour faire pousser de la nourriture ou pour entretenir des infrastructures de base.

La désindustrialisation est un processus graduel.

 La perte d’industries clés est graduelle ; la perte de chaînes d’approvisionnement est graduelle ; la perte de fournisseurs et d’ouvriers locaux est graduelle ; la perte de travailleurs qualifiés est graduelle ; le déclin du capital local est graduel ; la perte de la volonté de se bouger et de prendre des risques pour fabriquer des biens réels dans le monde réel est graduelle.

Voir le graphique de la production industrielle au Royaume-Uni.

Beaucoup de pays partagent la même trajectoire de base : avec une monnaie forte et des politiques restrictives, cela ne vaut plus la peine de produire des biens, de la nourriture, des transports, etc.

La financiarisation des Etats qui dépensent à tout va en empruntant des milliards créent l’illusion qu’un pays qui était autrefois un pays de fabricants peut devenir un pays de consommateurs de biens et services, sans aucun inconvénient.

Lorsqu’un pays ne produit plus de biens et de services de base et qu’il dépend de jeux financiers ou de matières premières pour payer des biens industriels et de la nourriture produits par ailleurs, il s’expose à l’effondrement de l’échiquier financier et des marchés des matières premières qui l’ont fait succomber très facilement dans la désindustrialisation.

 

Extraits d’un article de Charles Hugues Smith     la chronique  AGORA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.