«

»

Nov 14

Consensus

[article à lire dans sa globalité, si possible]-alpha.b

 

Nous essayons de comprendre notre monde dans une vision  et une orthodoxie économique développées sur une extraordinaire période, deux cents ans de croissance économique composée.

Cette croissance a coïncidé avec l’augmentation de la richesse, de la complexité et une  intégration mondialisée. Le  consensus dominant est que cette tendance se poursuivra.

Une grande partie de ce qui est important pour nous, comment nous vivons, nos attentes, ce que nous valorisons et tenons  à cœur, a été façonnée par ce processus.

Et nous, le global 10 %, en  avons profité.

Une petite minorité pourtant pense  que cette croissance est terminée et que nous sommes à la limite de croissance, maintenant. La  cause en est la stabilité de l’économie mondialisée. Nous nous dirigeons dans une dépression déflationniste mondiale qui ne cesse de s’aggraver, entrecoupée de chocs dangereux et peut-être irréversibles sur les systèmes qui prennent en charge notre protection élémentaire.

Nous allons perdre une grande partie de ce que nous tenons pour acquis.

Nous entrons dans une ère de réel danger et d’imprévisibilité. C’est parce que nous sommes à un moment historique de convergence. Tout d’abord, nous avons atteint la limite dans la sauvegarde de notre système financier, monétaire et bancaire de crédit. Nous sommes en même temps en train de heurter  profondément  les limites écologiques, et  nous sommes sans doute à l’apogée de la production mondiale de pétrole et de nourriture.

Autrement dit, nous sommes à la limite du système de confiance et de solvabilité qui sous-tend le commerce dont nous dépendons. Nous sommes à la limite de la source d’énergie la  moins substituable qui, par les lois de la physique, est nécessaire pour la croissance et l’entretien économique. Nous sommes à la limite de notre condition humaine fondamentale.

Ce sont les trois piliers structurels les plus critiques de la mondialisation de l’économie. Comme un tabouret à trois pieds, tout le système peut devenir déstabilisé par le flanchage d’un seul. En outre et presque complètement sans accusé de réception ce qui a été un changement de nature de la mondialisation de l’économie – accroître l’intégration, de complexité, de vitesse et d’interdépendance, nous a rendu beaucoup plus vulnérables à cette convergence.

En outre, cette complexité rend très difficile, ou même dangereux, d’essayer de dissocier le traitement séparé  de chacune de ses parties.

Si nous devions reconnaître une telle vision, il serait urgent de se préparer à  un changement profond et nous pouvons avoir beaucoup moins de marge de manœuvre que nous le pensons. Nous devrions embrasser l’austérité en raison de son caractère inévitable et ce faisant, nous transformer.

De haut en bas, on travaillerait sur notre sécurité alimentaire, la résilience des services essentiels tels que l’assainissement, de systèmes monétaires, de gouvernance et  repenser le travail. Nous devrions commencer à penser collectif, processus psychologique qui pourrait nous permettre d’éviter certaines de nos passions plus nuisibles, éléments qui peuvent émerger en temps de crise et plutôt l’utiliser comme source de changement créatif et positif .

Bien sûr, aucune explication détaillée de ce point de vue marginal n’a été fournie ici.

Pour la majorité cependant, aucun n’est nécessaire. Ils savent déjà que ce point de vue est un non-sens. Pourquoi vous inquiéter, c’est une vue de minorité…

Pourquoi avec le gaz de schiste, les nouvelles  technologies, les marchés, un arrêt de l’austérité, la croissance verte, la possibilité de changer le système monétaire, …il y a tant de possibilités !

Les Experts ne contrôlent ils pas tout ?

http://www.feasta.org/2012/11/13/ignorance-by-consensus/

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.