«

»

Avr 16

Vae victis

Je commence a voir de plus en plus de personnes autour de l’âge de la retraite qui se laissent aller a mourir d’un cancer sous opium : plus envie de se battre, personne qui leur donne envie de « rester », une vie qu’ils ont plus subie que choisie, la certitude de partir « sans souffrir », juste en se laissant aller…

Une société trop riche ou pour s’en sortir il faut être pleinement conscient des choix que l’on fait et être prêts a se battre pour les assumer et les défendre face a ceux qui veulent vous utiliser à leurs fins personnelles.

Commentaire sur le blog de Bruno Bertez

 

Les vieillards d’autrefois étaient moins malheureux et moins isolés que ceux d’aujourd’hui : si, en demeurant sur la terre, ils avaient perdu leurs amis, peu de chose du reste avait changé autour d’eux ;

Étrangers à la jeunesse, ils ne l’étaient pas à la société. Maintenant, un traînard dans ce monde a non seulement vu mourir les hommes, mais il a vu mourir les idées : principes, mœurs, goûts, plaisirs, peines, sentiments, rien ne ressemble à ce qu’il a connu.

Il est d’une race différente de l’espèce humaine au milieu de laquelle il achève ses jours.

Chateaubriand

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.