«

»

Nov 05

Soi

 

Conquérir sa liberté, sa dignité, son authenticité, c’est à dire s’autoriser soi-même est un travail.

 C’est la tâche d’une vie.

Bien entendu nous ne sommes pas libres, tout a des causes et des déterminations, mais au moins nous pouvons avoir des déterminations qui sont les nôtres.

La conquête de la liberté n’est pas vaine. Si nous ne sommes pas libres dans l’absolu, nous pouvons devenir plus libres ou hélas moins libres.

La recherche de la liberté, comme celle de la vérité est asymptotique; on se rapproche de la liberté sans jamais l’atteindre, mais quel sentiment, quelle plénitude quand on s’en approche !

Ce qui compte, c’est ce mouvement pour s’en approcher, c’est lui qui donne le sens d’une vie. Le sens d’une vie c’est d’advenir, d’advenir en tant que soi-même!

Dès leur naissance les individus sont plongés dans le langage, dans le social, dans le symbolique et dans l’imaginaire des autres, et cette plongée a pour objectif et finalité d’en faire des sujets/objets étrangers à eux même, dépossédés qui vont participer à la reproduction du Système.

Au système du maitre. Du petit maitre qui se prend pour le grand Maitre. Au système du flic ou du juge qui se prend pour la Loi.

Nous sommes à la fois des individus et des êtres sociaux. Nul ne songe à le nier. Mais sur la ligne qui relie l’individuel au social, le curseur peut être placé à différents endroits. Il peut être plus près du social ou plus près de l’individuel.

Nous sommes intersection de l’unique et du même, du différent et du semblable, de l’un et du tout. Intersection du Réel, du Symbolique et d’Imaginaire. L’Imaginaire étant celui des autres, de tous les autres, passés, présents, futurs qui veulent se servir de vous comme « moyens ».

Moi je veux bien être l’intersection du Réel et du Symbolique, l’intersection de la réalité du Monde et du Symbolique qui permet de lui donner un sens, mais je refuse d’être l’intersection du Réel et de l’Imaginaire d’un autre.

 Contrairement à la propagande actuelle, qui sous toutes ses formes veut vous faire croire qu’il y a un excès d’individualité, c’est le contraire qui est vrai : ce qui a pris le dessus c’est le social, la dictature de l’autre, la dictature de l’imaginaire du système. La dictature du maitre et de ses hochets de ses fétiches, le profit, l’argent, la dette, l’économie, l’état    etc

Réfléchissez sur ceci : « je » est un autre ».

Mais c’est le sens d ‘une vie que cet autre on peut, on doit se l’approprier et le conquérir.

C’est ce que l’on se doit à soi-même.

D’après Bruno Bertez

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *