«

»

Mai 12

Retraites

images

Les rendements négatifs sont supposés stimuler une économie mondiale déflationniste, et aussi sauver les pays en faillite qui sont incapables de payer les intérêts sur leurs dettes qui explosent.

Mais, comme d’habitude, les banquiers centraux ont tout faux. Les taux négatifs augmentent les risques pour le système financier et l’économie mondiale.

La rentabilité bancaire s’effondre à cause des bas taux, et cela les amène à prendre de plus gros risques. Pour les épargnants, cela tue l’incitation à l’épargne. Et, sans l’épargne, il n’y aura pas d’investissement et de croissance dans l’économie.

Mais le plus grand désastre frappe le secteur des retraites. Presque tous les fonds de retraite sont sérieusement sous-financés, surtout s’ils appliquent des taux de rendement réalistes.

Les fonds de retraite détiennent principalement trois types d’investissement, soit des actions, des obligations et de l’immobilier. Mais ces actifs sont tous des bulles, gonflés par l’explosion de crédit orchestrée par les banques centrales. Lorsque ces actifs imploseront, il ne restera plus de fonds de retraite pour personne.

Les gens qui s’apprêtent à prendre leur retraite dans les prochaines années n’ont pas idée de ce qui les attend.

Ils n’auront pas de retraite, ou ils en auront une qui ne vaut rien. À mesure que l’économie se détériorera, le chômage grimpera dramatiquement.

La combinaison de retraités sans pension et d’un pourcentage important de la population sans travail va mener à des catastrophes humaines.

Les gouvernements, évidemment, imprimeront une quantité infinie de monnaie, mais cela n’aura aucun effet, puisque de la monnaie créée de toute pièce ne créera jamais de la richesse.

Tout cela est le résultat de l’interférence des banques centrales dans les cycles naturels de l’économie par la répression financière… elles interfèrent avec les lois naturelles.

Au lieu d’assister à des cycles mineurs de prospérité-récession, la manipulation des marchés et de l’économie engendre plutôt des supers cycles de prospérité-récession. Ce n’est, bien sûr, pas la première fois que cela arrive dans l’histoire, et cela continuera d’arriver.

Malheureusement, cela entrainera une période de transition très difficile pour les générations actuelles et futures.

 

Extraits d’un article de Egon Von Greyerz   24hGold

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *