«

»

Juin 10

Les glaçons

[C’est sans doute pour cela que l’on entend de plus en plus parler du Titanic]-alpha.b

 

Derrière, il y a la pyramide du fractional banking, définitivement touché à mort car ses fondements sont en train de se déliter sous nos yeux, mais personne ne fait le rapprochement entre ce que l’on voit en surface et ce qui se passe en profondeur.

 Vous êtes-vous interrogé sur les raisons qui poussent le système bancaire à parquer ses excédents auprès des Banques Centrales? Vous êtes-vous interrogé sur la raison qui fait que toutes les mesures non conventionnelles qui devaient expirer en 2010 sont, non seulement reconduites, mais multipliées, et leur échéance repoussée dans le temps, n’avez-vous pas compris que le chômage et la croissance sont des alibis mis en avant pour masquer la réalité; la déconfiture du fractional banking.

Tout ce qui a été fait depuis 2008 va dans le même sens: l’aggravation, l’extension, l’enracinement en profondeur de la crise. Voila la réalité.

La crise européenne n’est pas un symptôme, c’est une manifestation de la crise profonde, définitive du système mis en place il y a 30 ans. La crise a touché l’immobilier américain, la finance privée américaine et globale, les Etats souverains individuels, les blocs d’Etat souverains, le système des Banques Centrales et on en est là.

La gestion de la crise a augmenté le stock de dettes irrécouvrables, augmenté l’insolvabilité, et surtout, tout mis en corrélation, c’est cela la fameuse concertation, la fameuse solidarité: la mise en corrélation du monde global. Ce qui se passe ici, on le retrouve là. Tous doivent être touchés.

C’est comme dans un incendie, les pompiers savent qu’il faut isoler, débroussailler, faire des tranchées pour contenir, et on fait, on fait et on veut continuer à faire l’inverse, on veut que l’incendie gagne l’Allemagne.

Avez-vous réfléchi au sens profond de la situation qui prévaut sur les marchés: on ne connait plus que le risk-on et le risk-off.

Les marchés sont plus intelligents que les gouvernements, c’est souvent le cas, l’inconscient sait plus de choses que le conscient, les marchés savent que tout est corrélé et partout. Ce n’est pas une perversion, c’est un message, il n’y a plus que deux choix, une alternative, ou cela saute ou cela ne saute pas.

Et le jour où les refuges bidons comme les Treasuries US se révèleront être ce qu’ils sont, lorsqu’ils seront démasqués, alors il n’y aura plus de véhicules papier du risk-off , il n’y aura que le réel, le hard.

 
 
 
 

Bruno Berthez   le blogalupus

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.