«

»

Fév 14

La brise

Pauvre être humain, on sait qu’on va mourir et on s’oublie dans des futilités.

Je crois qu’on aurait tous besoin d’une thérapie de groupe. On a loupé des étapes. Alors bien sûr, la plupart d’entre nous, on s’est fait happer par ce système, on n’est pas entièrement fautif.

On ne nous a pas aidés. Quand vous commencez les premières années de votre vie, assis sur un banc, à écouter un professeur qui est là pour transmettre un savoir mais aussi surtout à vous évaluer et à vous classer vis à vis de vos camarades.

Ces derniers deviennent alors vos adversaires…Il faut que vous soyez le meilleur, le plus fort, avoir la meilleure place pour avoir une bonne paye et être reconnu comme « avoir réussi sa vie »….

Voilà le monde où on évolue: la compétition, la performance, la puissance, la volonté, la maîtrise, etc,etc,etc  mais que pouvions nous attendre d’autre dans un monde où l’individualisme est la norme ?

Je suis profondément anticapitaliste car il cache en son sein ce trait primaire de l’être humain: sa survie individuelle.

Le capitalisme ne joue que sur ce ressort. Il ne permet pas l’éclosion de qualités que je qualifierais supérieure comme l’empathie, l’écoute, la bienveillance.

Autant de qualités qui nous font défaut dans ce monde et qui deviennent primordiale car nous devenons tellement puissant sur Terre que si nous ne sommes pas capable de maîtriser cette puissance alors c’est possible qu’on disparaisse.

Mais je reste optimiste.

Je sens cette légère brise du changement.

 

 

Commentaire sur le blog de Paul Jorion www.pauljorion.com

 

(1 commentaire)

  1. Pierre DEFEVER

    C’est une belle définition de l’intelligence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *