«

»

Déc 05

Constat d’échec

Dans un monde dans lequel la Grande Stagnation et la Déflation par la Dette se sont durablement installées, le modèle de croissance économique par les exportations, tant pour les pays émergents que pour les pays développés, est devenu obsolète.

Tout simplement parce qu’il présuppose une impossible dévaluation compétitive permanente de toutes les monnaies les unes par rapport aux autres, l’impossible Quantitative Easing permanent de la part de toutes les banques centrales et la tout aussi impossible baisse permanente des salaires et des prestations sociales dans tous les pays.

Ceci afin d’entretenir la compétitivité croissante de leurs entreprises, qui ne conduisent qu’à la double chute de la vitesse de circulation de la monnaie et du multiplicateur de crédit entretenant la récession comme à la paupérisation des populations frappées par le chômage de masse, dont le pouvoir d’achat s’écroule, aboutissant finalement à la chute de la consommation.

Bref, le libre-échange planétaire a échoué. Sans oublier les inégalités croissantes de revenus, les guerres et les dégâts humains et écologiques qu’il provoque de plus en plus.

Le nouveau modèle à adopter réside dans le retour à la liberté de fixation des cours des monnaies et des taux d’intérêt, et dans la baisse maximale des impôts des particuliers et des salariés (pas des entreprises puisqu’elles n’investissent plus) pour reconstituer leur pouvoir d’achat.

Tout en protégeant raisonnablement les productions locales (industrielles et agricoles stratégiques) et les emplois nationaux, afin de permettre le rétablissement de circuits courts de production et de distribution des biens et des services au plus près des consommateurs, ce qui suppose de mettre collectivement un terme aux structures du type Union européenne/zone euro et OMC ou à défaut d’en sortir individuellement pour les Etats voulant rétablir la prospérité de leurs économies nationales.

A moins de laisser finalement s’écrouler l’économie mondiale, les dirigeants n’ont plus d’autre choix.

Le terrorisme islamiste (qui durera des années parce qu’étant la traduction d’une guerre de religions et d’un conflit de civilisations) ayant révélé l’existence d’un ennemi extérieur mais aussi intérieur en Europe, et ailleurs, impose le rétablissement des frontières nationales et de contraintes de toutes sortes qui entraveront la liberté de circulation des personnes comme des marchandises obligeant à mettre un terme au grand désordre européen et mondial, chaque État-nation devant prendre lui-même en charge sa propre défense et la protection de ses concitoyens, mais aussi la lutte contre la radicalisation de ses ressortissants ou des étrangers dangereux vivant ou transitant sur son territoire, sans accepter qu’on lui impose des règles qu’il n’aura pas choisies.

En outre, les relations entre les Etats seront modifiées, la nécessité d’imposer un cordon sanitaire à ceux qui constituent une menace étant de plus en plus évidente!

Ce qui comme nous l’avons vu sommairement ci-dessus entrainera la fin du modèle économique par les exportations déjà en cours d’effondrement.

Il faut changer de modèle économique.

 

Extraits d’un article de Pierre Leconte    Leblogalupus.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *