«

»

Mai 04

Confession d’un enfant du siécle

Après avoir tourné le coin de ma 70e année, j’ai le sentiment d’une fin. La mort me fait peur et provoque ce que Barnes appelle une grande agitation.

 Après tout, chacun de nous fond dans l’inconscience tous les soirs ! Où étais je entre 9 h et 5 h la nuit dernière? Nulle part à ce que je peux me souvenir, à l’exception de mes rêves rares.

 Où était-on pour les 13 milliards d’années qui ont suivi le Big Bang ? Personne ne s’en  souvient , mais je suppose qu’il en sera de même après notre départ – remontant là d’où on vient, inconnus oubliés, et inconscients après des milliards d’éons futurs.

 Je vais rater cependant, ne sachant pas ce que devient «vous» et le chemin tortueux de l’humanité – comment tout cela va tourner à la fin.

  Ce que je crains le plus est la petite mort – la «Tuesdays with Morrie » – qui pour certains est devenue insupportable, c’est à dire chaque jour de gagné dans notre monde moderne de la médecine et de vie prolongée; la souffrance qui l’accompagne et accompagnera la plupart d’entre nous dans cette voie déclinante vers le bas remplie de cancer, d’ AVC, et leurs chirurgies associés qui rendent la vie moins supportable que ce fut une journée, un mois, ou une décennie .

 Passer 70 ans est quelque chose que nous devrions tous espérer, mais qui fait peur en même temps.

A 70 ans, nos parents sont morts depuis longtemps, mais maintenant, frères et sœurs, meilleurs amis, même les célébrités contemporaines et les héros sportifs vont passer, et vous rappeler que vous pourriez être le prochain.

 A 70 ans, il faut lire les nécrologies en ayant une pensée pour la sienne.

 Certains font remarquer que cet intérêt accru devrait faire savourer l’instant d’autant  qu’y réside un défi : savourer ce que vous avez fait – famille, la carrière,  et transmettre  ce que vous avez accumulé.

 Néanmoins, la «responsabilité» pour le travail d’une vie devient plus lourde à mesure que nous vieillissons et le « malaise » plus grand d’année en année.

 Bien trop tôt pour chacun de nous, il va y avoir  « une grande agitation» et la fin d’un voyage où nous avons embarqués et où nous allons débarquer.

Un «sentiment d’une fin» a été souvent mentionné dans les derniers mois lorsqu’il s’est appliqué aux marchés d’actifs et la grande course de « bulls » qui a commencé en 1981.

 la richesse financière a été créé comme jamais auparavant. Les Investisseurs pleinement investis se sont retrouvés avec 20 fois plus d’argent que quand ils ont commencé.

 Mais comme Julian Barnes l’a exprimé avec la vie des individus, sa métaphore semble pouvoir s’appliquer aux marchés financiers:  «L’accumulation, la responsabilité, l’agitation … débouche  sur un grand malaise. »

 Beaucoup de gestionnaires de placements de premier plan ont tiré la sonnette d’alarme, certains, peut-être un peu trop tôt avec mes perspectives d’investissement des quelques années passées, intitulées « Man in the Mirror », « crédit Supernova » et autres.

 Ils ne sont pas nécessairement les avocats de ceux qui retournent au passé, ou qui liquident leurs actifs pour de l’argent, mais ils ne parlent que de faibles rendements futurs et la possibilité de la queue d’un « bang » à une date ultérieure.

 Pour eux, (et moi) le marché haussier actuel n’est pas de 35 ans, mais deux fois plus  Certainement, eux et d’autres gourous sont à la recherche à travers leurs travaux  pour aider à prédire les futures « actifs » financiers performants.

 Savourez ce moment de marché haussier, ils semblent dire à l’unisson : Il ne viendra pas à nouveau pour chacun de nous; l’agitation est à venir et de faibles rendements sont attendus sur les actifs.

 Peut-être même une grande agitation, s’il y a un éclatement de la bulle.

Les décideurs et les « bulls » du marché des actifs,  parlent de la possibilité de la normalisation – un retour à la croissance de 2% et de 2% d’inflation dans les pays développés qui ne peuvent pas rendre le marché obligataire sympathiques, mais certainement dangereux pour les emplois, les profits et les marchés boursiers dans le monde entier.

Leur «New Normal » comme je l’ai réaffirmé plus récemment lors d’une conférence trimestrielle, Interest Rate Observer Grant à New York, dépend de la conviction, en dépit du bon sens, qu’une crise mondiale de la dette peut être guérie avec plus de dette.

 Lors de cette conférence, j’ai assimilé cette notion avec un exemple de la vie réelle à savoir verser l’essence à briquet sur un barbecue de rouges briquettes de charbons pour cuire plus vite les côtes. Catastrophe sous la forme de viandes carbonisées a été mon expérience historique. Il sera probablement de même pour la politique monétaire, avec des taux d’intérêt négatifs et son QE,  maintenant  une bulle sur tous les marchés d’actifs.

 Mais pour l’économie mondiale, qui continue d’utiliser l’effet de  levier, par opposition à essayer de se désendetter, le chemin de la normalité semble bloqué.

Les éléments structurels – le New Normal et la stagnation séculaire, qui sont le résultat du vieillissement démographique, du  haut niveau de dette / PIB, et l’impact de la  technologie sur le travail, sont des phénomènes qui semblent avoir diminué la croissance réelle au cours des cinq dernières années et qui continueront de le faire. Même les trois plus fortes économies développées- les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni – ont connu une croissance réelle de 2% ou moins depuis Lehman.

 Si des milliers de milliards de dollars de briquet monétaire ont pas réussi là (et au Japon), ces 5 dernières années, pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que Draghi, son BCE, et la zone euro s’en tirent différemment?

En raison de ce manque de croissance et des taux d’intérêt zéro qui en découlent, cela débouche sur notre difficulté à échapper à une crise de la dette, le «sentiment d’une fin » ne pouvait pas être plus clair pour les marchés d’actifs.

 Où peut le rendement négatif du marché obligataire Euroland aller une fois qu’il atteint (-25 points de base)? Moins de 50? Peut-être, mais alors à un certain moment, le bon sens doit reconnaître que les épargnants ne seront plus disposés à échanger une trésorerie en Euros pour les obligations et l’investissement en pâtira.

 Certaines  obligations exotiques ont été étiquetées «certificats de confiscation »  dans le début des années 1980 lorsque les rendements étaient pourtant de 14%.

 Comment devrions-nous les appeler maintenant ?

 De même, tous les autres prix d’actifs financiers sont inextricablement liés à des rendements globaux qui escomptent des flux futurs de trésorerie, résultant en un Everest du prix des actifs, pic qui  permet  peu d’escalade supplémentaire.

 Regardons cela de cette façon: si 3 milliards de dollars d’obligations à rendement négatif de l’Euroland sont utilisés comme base pour l’actualisation des flux de revenus futurs, alors comment estimer dans l’ Euroland (japonais, Royaume-Uni, Etats-Unis) un P / E futur?

 Une fois qu’un investisseur a réduit tous les flux de trésorerie futurs à 0% nominal et peut-être (-2%) réel, la seule façon de monter un tel Everest est encore inconnue et de loin au-dessus des normes historiques.

 Lors de la Conférence de la subvention, et perspectives d’investissements, je me suis prononcé sur le moment de cette « fin » avec la description suivante:

«Quand notre  addiction au crédit aura-t-il pulvérisé l’ensemble du système financier ?  Lorsque les actifs investissables poseront trop de risques pour trop peu de retour.

 Pas immédiatement, mais à la marge, le crédit et les actifs commencent à être échangés pour de la monnaie qui est parfois littéralement placée sous un matelas.

  « Nous nous approchons de ce point maintenant que les rendements obligataires, les écarts de crédit et les prix des actions ont aspiré les richesses financières du futur au point de les épuiser totalement. »

 Un investisseur rationnel doit en effet avoir le sentiment d’une fin, pas d’un autre accident Lehman, mais d’un écrasement perpétuel empêchant tout marché haussier.

Mais que devrait faire aujourd’hui un investisseur rationnel ?

 Respirer profondément avant que le nœud ne se resserre en haut de la potence?

Eh bien non, il faut  savourer les choix restants en termes de rendement / risque ce qui demeure essentiel. 35 ans d’un marché haussier de l’actif tend à ancrer une certaine façon de faire les choses que presque tous les gestionnaires d’actifs ont.

 Ils ne parviendront pas à considérer que le revenu modérément endettée par opposition aux gains en capital sera probablement l’alternative risque / récompense favorisée.

 Ils croient donc en leur industrie et qu’ils méritent d’être 20 fois plus riche en raison de leur compétence ou, mieux encore, leur introduction de technologies et de produits dérivés quantitatives confuses et parfois destructrices qui ont conduit à Lehman et la Grande Récession.

Foutaise. Cela est  fini.

 Le gestionnaire de portefeuille qui pourra  réussir pour les 35 prochaines années sera celui qui se recentrera sur la possibilité de rendements périodiques négatifs annuels et des ratios de Sharpe minuscules et qui emploiera des choix défensifs qui peuvent être à léger Effet de levier pour dépasser les rendements des liquidités, mais seulement de 300 à 400 points de base.

 J’aimerai  être toujours actif en disons 2020 pour voir comment cela se termine.

 Comme le marché est, en 2015, j’ai simplement le sentiment d’une fin, un marché haussier séculaire se terminant par un gémissement, pas un bang.

 Mais, comme pour l’approche de la mort, ce moment me fait douter.

 En raison de ce sentiment, cependant, je vois une agitation, de plus en plus une grande agitation.

 Vous devriez aussi.

 Extraits (très légèrement) personnalisés d’un article de Bill Gross

 

(1 commentaire)

  1. Fabienne Huillet

    Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Bonne journée à tout le monde ! Fabienne Huillet neonmag.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *